Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Les villes les plus chères du monde - 2016

Classement du coût de la vie pour les expatriés

Tokyo redevient la ville la plus chère du monde

La capitale nippone retrouve la place qu’elle a occupée pendant de nombreuses années jusqu’en 2012.

Si elle avait quitté le podium à cause des fluctuations du yen, celles-ci lui permettent maintenant de récupérer la première place, délogeant ainsi Hong Kong.

C’est plus précisément le renforcement du yen au mois de juin qui a fait la différence.

Hong Kong est donc désormais deuxième et n’aura occupé que quelques mois le sommet du classement.

En troisième position, on retrouve Luanda, la capitale angolaise, qui continue sa remontée.

 

Un podium très fluctuant

Au cours des deux dernières années, les taux de change ont nettement fluctué et quatre villes ont occupé successivement la place de ville la plus chère du monde pour les expatriés.

Sep 2014 Mar 2015 Sep 2015 Mar 2016 Sep 2016
1 Moscou 1 Luanda 1 Hong Kong 1 Hong Kong 1 Tokyo
2 Luanda 2 Hong Kong 2 Londres 2 Tokyo 2 Hong Kong
3 Tokyo 3 Shanghai 3 Genève 3 Genève 3 Luanda

 

Les villes les plus chères du monde pour les expatriés en 2016

  Ville Pays
1 Tokyo Japon
2 Hong Kong Hong Kong
3 Luanda Angola
4 Genève Suisse
5 Singapour Singapour
6 Shanghai Chine
7 Séoul Corée du Sud
8 Beijing Chine
9 Beyrouth Liban
10 Zurich Suisse
11 New York, NY Etats-Unis
12 Londres Royaume-Uni
13 San Francisco, CA Etats-Unis
14 Guangzhou Chine
15 Lausanne Suisse
16 Kinshasa Congo, Rép. Dém.
17 Honolulu, HI Etats-Unis
18 Mumbai Inde
19 Abu Dhabi Emirats Arabes Unis
20 Wuhan Chine
21 Sydney Australie
22 Berne Suisse
23 Moscou Russie
24 Tel Aviv Israël
25 Dubaï Emirats Arabes Unis
26 Copenhague Danemark
27 Bâle Suisse
28 Doha Qatar
29 Chengdu Chine
30 Washington, DC Etats-Unis

Faits marquants

Luanda - La capitale angolaise est une habituée des podiums, mais n’avait jamais atteint la première marche avant mars 2015. Son sacre sera de courte durée puisque Hong Kong passe en tête fin 2015.

Depuis lors, la dévaluation du kwanza a fait dégringoler la ville la plus chère d’Afrique jusqu’à quitter le top 15 début 2016. La stabilisation du kwanza et l’inflation enregistrée en 2016 lui ont permis de revenir en 3ème position.

Singapour est désormais plus chère que Shanghai, en raison notamment du niveau très élevé des loyers.

Les villes européennes sont peu présentes dans ce top 30. A part les villes suisses (Genève 4ème, Zurich 10ème, Lausanne 15ème, Berne 22ème et Bâle 27ème), on ne trouve que Londres, 12ème et Copenhague 26ème. Les villes de la zone euro remontent dans le classement mais restent loin, la première, Paris, pointant en 44ème position.

Londres qui était la deuxième ville la plus chère du monde il y a un an a ainsi perdu 11 places, la dépréciation de la livre ayant été accélérée après le vote en faveur du Brexit.

A noter que la position de Londres parmi les villes les plus chères du monde est due notamment au niveau de prix incroyablement élevé des loyers, en particulier dans le centre-ville.

Les villes des Emirats Arabes Unis continuent à progresser dans le classement : Abu Dhabi est 19ème et Dubai 25ème.

Moscou - En 2013, Moscou avait détrôné Tokyo et est devenue la ville la plus chère pour les expatriés, non seulement en raison d’un niveau de prix élevé, mais également grâce à la nette dévaluation du yen.

C’est une autre dévaluation, celle du rouble, qui la fera chuter, lui faisant même quitter le top 30 en 2015. La capitale russe est désormais 23ème.

A noter que les villes brésiliennes continuent leur remontée dans le classement à la faveur de la reprise du real : Sao Paulo et Rio de Janeiro ont désormais réintégré le top 50.

Le monde par région

Afrique Amériques Asie et Moyen-Orient
1. Luanda 1. New York 1. Tokyo
2. Kinshasa 2. San Francisco 2. Hong Kong
3. N’Djamena 3. Honolulu 3. Singapour

               

Europe Océanie
1. Genève 1. Sydney
2. Zurich 2. Honiara
3. Londres 3. Canberra

Afrique

Malgré sa baisse au classement mondial, Luanda reste la ville africaine la plus chère pour les expatriés, devant Kinshasa et N’Djamena.

Le niveau historiquement bas des prix du pétrole a entraîné la dévaluation des devises des deux premiers pays producteurs de pétrole en Afrique (Angola et Nigéria) et, par la même, la baisse du coût de la vie pour les expatriés dans ces pays.

Si Luanda, la capitale angolaise, est toujours la ville la plus chère du continent africain et la troisième la plus chère au monde, le coût de la vie y est devenu moins cher pour les expatriés en raison de la nette dévaluation du kwanza depuis la mi-2015. Au cours de la dernière année, le kwanza a en effet perdu plus de 20% de sa valeur. Mais l’inflation consécutive à cette dévaluation continue à limiter l’impact de la dévaluation et, malgré cette baisse, Luanda reste parmi le trio de tête de notre classement.

Lagos, au Nigéria, a fait une chute spectaculaire dans le classement mondial et se retrouve désormais en 189ème position.

La raison? L’effondrement de la monnaie locale. En effet, en juin 2016, la banque centrale du Nigéria a mis fin au taux fixe vis-à-vis du dollar et a laissé sa monnaie fluctuer librement. La conséquence immédiate a été une dévaluation de l’ordre de 30% et le naira a continué à se déprécier par la suite. L’impact de la dévaluation est proportionnel sur le coût de la vie pour les expatriés qui a donc nettement diminué, même si l’inflation l’atténue un peu. Il faut s’attendre à une hausse du coût de la vie dans les mois à venir, car une telle dévaluation a généralement pour conséquence une hausse marquée de l’inflation.

La zone de l’Afrique du Sud a été particulièrement touchée par les fluctuations monétaires et c’est ainsi qu’on retrouve parmi les pays les moins chers du monde l’Afrique du Sud, le Botswana, le Mozambique ou encore la Namibie.

C’est le Mozambique qui a connu la plus forte dévaluation sur les douze derniers mois (plus de 40%) ainsi qu’une chute spectaculaire dans le classement.

D’autres pays africains ont vu leur monnaie se déprécier dernièrement et perdent ainsi des places. C’est le cas notamment de la Guinée et du Kenya.

Amériques

Les Etats-Unis occupent sans surprise le haut du classement du continent américain. New York, San Francisco et Honolulu qui font partie du top 20 mondial, sont suivies par Washington, Boston et Los Angeles.

Derrière, les villes brésiliennes effectuent une belle remontée avec le renforcement progressif du real depuis un an: Sao Paulo et Rio de Janeiro sont respectivement 40ème et 42ème.

Buenos Aires, la capitale argentine, continue à descendre dans le classement.

Depuis la levée du contrôle des changes en décembre 2015, le peso argentin s’est effondré, perdant plus de 35% depuis lors. L’inflation continue à être élevée, mais cela n’empêche pas le coût de la vie de diminuer pour les expatriés.

En queue de classement continental, on retrouve le Paraguay qui figure aussi parmi les dix pays les moins chers du monde.

Asie et Moyen-Orient

Cette zone est, comme d’habitude, bien représentée dans notre top 30 mondial avec pas moins de quinze villes !

Tokyo est bien évidemment en tête devant Hong Kong, et en troisième place on trouve désormais Singapour qui dépasse Shanghai, en particulier grâce au niveau élevé des prix de loyer.

La première ville indienne, Mumbai, se maintient dans le top 20 mondial, en 18ème position.

Les pays les moins chers de la région sont le Tadjikistan et la Mongolie. Dushanbe et Ulan Bator se classent en effet parmi les 20 villes les moins chères du monde.

Beyrouth reste la ville la plus chère du Moyen-Orient, devant Abu Dhabi et Tel Aviv. Beyrouth doit en partie sa première place au coût des loyers particulièrement élevé dans les quartiers sûrs de la capitale libanaise.

Les villes kazakhes continuent leur dégringolade dans le classement, le tenge ayant encore perdu 30% au cours des douze derniers mois. Almaty et Astana se retrouvent désormais à un niveau de coût de vie similaire à celui de Belgrade ou de Sofia pour les expatriés.

Europe

Genève reste la ville la plus chère d’Europe devant Zurich et Londres.

C’est en particulier le niveau exorbitant des loyers à Genève qui la place devant Zurich.

Malgré la dévaluation de la livre, Londres se maintient sur le podium, ici aussi en raison du niveau de prix particulièrement élevé des loyers.

Toutes les villes britanniques descendent tout logiquement dans le classement.

Paris, première ville de la zone euro, est 10ème dans ce classement et 44ème au niveau mondial.

Kiev, capitale ukrainienne qui avait sombré dans le classement à cause de la très forte dévaluation de la hryvnia, se reprend un peu malgré la dépréciation permanente de sa monnaie.

Alors qu’elle était la 14ème ville européenne en 2013, elle pointe désormais en 87ème position du classement régional, elle aussi au coude à coude avec Sofia.

A noter que les villes turques effectuent une belle remontée dans le classement. Istanbul occupe désormais la 13ème position dans le classement européen et Ankara la 24ème. Istanbul est 52ème au niveau mondial.

Océanie

Sydney reste la ville la plus chère de cette région, devant Honiara (Iles Salomon) et Canberra. Suva (Fidji) quant à elle, reste la moins chère.

 

Le classement du coût de la vie d'EuroCost International se base sur des prix collectés en juin 2016 et mis à jour avec des taux de change d’août 2016.

Cette étude compare le coût de la vie pour les expatriés dans les principales villes du monde, en incluant le coût des loyers, mais en excluant celui de la santé et de la scolarité.

 

MÉTHODOLOGIE

Les enquêtes menées par EuroCost International ont pour objectif de comparer le coût de la vie à travers le monde pour les expatriés. Elles couvrent l’ensemble des biens et services consommés et utilisés par les expatriés, à l’exception des frais de santé et de scolarité, ces derniers faisant l’objet d’études spécifiques séparées.
Le classement présenté est basé sur les enquêtes de juin 2016 et prend également en compte les loyers. Il faut noter que les loyers considérés sont ceux demandés aux expatriés et ne sont donc pas représentatifs des loyers moyens payés par les locaux dans les villes concernées.
Les loyers utilisés sont des loyers moyens recouvrant différents types de logements habités par les expatriés et dans des zones où logent ces derniers. Dans certaines grandes métropoles, les différences de prix d’un quartier à l’autre peuvent être très importantes. C’est le cas par exemple à Londres, Mumbai ou encore New York. Des informations détaillées par ville sont disponibles dans les enquêtes loyers d’EuroCost International.
Aller au haut